Pied à coulisse

28 10 2015

Jérôme Fournier

Mesure du tarso-métatarse à l’aide d’un pied à coulisse

PRATIQUE

Une notice sur l’utilisation du pied à coulisse est en ligne sur le site du CRBPO (accessibles aux bagueurs seulement). Il présente les résultats de l’enquête et rappelle les préconisations du CRBPO en matière de biométrie. Fournier J., Dehorter O., Fiquet P., Henry P.-Y. 2015. Utilisation du pied à coulisse. CRBPO, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, 12 p.

Suite à l’enquête nationale sur la biométrie et dans un souci d’amélioration de la qualité des mesures prises par les bagueurs, le CRBPO propose une notice sur l’utilisation du pied à coulisse. Rappelons que cet instrument est préconisé pour la plupart des mesures biométriques qui concernent la tête, le bec, le rachis, le tarso-métatarse et l’ongle. L’utilisation du pied à coulisse est simple dès lors que l’on en connait le fonctionnement. Nombreux sont les candidats à la qualification qui ne savent pas correctement se servir de cet instrument essentiel et présent dans les mallettes des bagueurs. Il existe trois types de pied à coulisse disponibles sur le marché : le pied à coulisse classique, le pied à coulisse à cadran et le pied à coulisse numérique. Ces instruments sont proposés en métal, en plastique ou en carbone (Fig. 1). La précision des pieds à coulisse classique varie du 1/10ème de mm (0,1), 1/20ème de mm (0,05) au 1/50ème de mm (0,02). Celle des pieds à coulisse à cadran et des pieds à coulisse numérique varie du 1/10ème de mm (0,1) au 1/100ème de mm (0,01). Cette notice a pour objet d’aider les aides-bagueurs, les qualifiants et les bagueurs à correctement utiliser cet instrument dans le cadre de mesures de routine liées aux programmes du PNRO où la biométrie serait indispensable.

Le plus grand soin doit être apporté lors de la lecture de la mesure pour éviter les erreurs, quel que soit le modèle de pied à coulisse utilisé. Dans ce but, le CRBPO recommande l’utilisation d’un pied à coulisse numérique qui seul permet de garder le taux d’erreur de lecture minimal. Les modèles en acier, plus robustes et plus fiables, sont préférables aux modèles en plastique. La précision requise est le 1/10ème de mm. Si le pied à coulisse utilisé propose une précision supérieure au 1/10ème de millimètre, il faut arrondir la mesure au 1/10ème le plus proche. Ces consignes n’ont pour d’autre but que de faire prendre conscience des qualités et des défauts de chaque modèle de pied à coulisse.

Le pied à coulisse est l’instrument principal pour de nombreuses mesures, à savoir la distance tête-bec (TB), bec-crâne (BC), bec-plumes/cire (BP), bec-narine (BN), la hauteur du bec (BH), l’épaisseur du bec (EB), mais aussi la longueur du tarso-métatarse (LT), son diamètre (ET), des ongles (LD, LG) voire le diamètre du rachis (ER), l’écartement inter-mandibulaire (EC) pour les bec-croisés ou d’autres mesures non précisées dans le guide de saisie comme le diamètre et la hauteur de la protubérance cloacale par exemple. Signalons que la mesure du tarso-métatarse (LT) est connue pour être plus répétable que la longueur de l’aile pliée (LP) mesurée à l’aide d’un réglet avec butée. LT est un meilleur indicateur de la taille d’un individu que LP. De fait, dans nombre d’études, seule LT est prise, sans mesure de LP.

Nous recommandons donc aux bagueurs d’effectuer la mesure de LT régulièrement dès lors que cela s’avère possible, tout d’abord pour en acquérir la pratique et la maîtrise, puis pour enrichir la base de données biométriques nationale avec cette mesure (LT) qui devrait être la mesure de référence lorsqu’on cherche à caractériser la taille d’un individu. Enfin, pour pouvoir mettre en œuvre cette mesure s’il s’avérait qu’elle devienne une mesure obligatoire dans certains protocoles.


Actions

Informations






Pubertenews |
A Mathematical Journey |
Cincinnati Window Cleansing |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sondagetemporaire
| Rémi Masdu, voyageur inter-...
| Despibacphysique